Imprimer cette page Fermer cette fenêtre

Posté le 03/11/2010 à 17h40 par Marcel LAUGIER

L’institution Sainte Marie, une jeune Dame Seynoise de 161 ans


L’entré principale place Germain Loro
Je vous emmène aujourd’hui en plein centre ville, en haut du marché Provençal, dans un espace de près de cinq hectares où, depuis plus de 160 ans, des collégiens et lycéens besogneux penchés sur leurs livres et cahiers étudient pour devenir des hommes (et des femmes depuis 1989), qui seront plus tard (comme ceux de toutes les écoles de France d’ailleurs) des citoyens de la République.

A cela prêt que l’Institution Sainte Marie est une école catholique privée, congréganiste, appartenant aux pères maristes qui débarquèrent sur le port de la Seyne à la fin du dix neuvième siècle, et n’en bougèrent plus, dispensant leur enseignement aux gens des alentours … et à ceux de l’autre bout du monde . Car l’ISM est un internat, et depuis deux siècles, elle a accueilli des enfants d’Afrique, de ce qui était l’Indochine, et d’autres parties de la planète . De nos jours, la tendance s’est inversée et (faute de colonie – mais nous ne nous en plaignions pas-), ce sont beaucoup d’élèves varois qui la fréquentent. Et si l’internat était jusque dans les années soixante, le « gros morceau » de l’établissement, les externes et les demi-pensionnaires sont beaucoup plus nombreux de nos jours, mais pour une population totale qui est plutôt en augmentation. (un peu plus de neuf cents élèves).

Elle est contractuelle avec l’Etat (1959 – le père de Sentenac « supérieur » comme on disait à l’époque) et doit de ce fait dispenser l’enseignement proposé par son ministère de tutelle : L’éducation Nationale. pour le reste elle a ce que l’on appelle son « caractère propre », et si les enseignants relèvent du ministère précité, les personnels éducatifs et administratifs sont de droit privé, et le directeur nommé par la tutelle mariste. L’actuel directeur est professeur de SVT (biologie) de formation.

Elle compte dans ses rangs des hommes devenus célèbres, tant sur le plan local que national, et de tous horizons. Eric Charden (musique) maître Collard (avocat) Jean-Luc Bruno (chanteur), Emmanuel Guttierez (comédien) et jusqu’au fils de l’ancien maire de la Seyne, (bonjour Pascal), Agathe Lancrenon (une future grande artiste). Mais le premier magistrat actuel de la commune, Marc Vuillemot y fut aussi un élève sérieux et brillant pendant quelques années. J’en oublie bien sûr, qu’ils me le pardonnent. Puis encore des amiraux, des médecins, des avocats, mais aussi des viticulteurs, de très bons ouvriers dont certains furent « meilleurs ouvriers de France » Enfin, un choix éclectique où les dames figurent peu au palmarès, non pas qu’elles aient peu de valeur, mais parce que l’établissement n’est mixte que depuis 1989, comme l’a voulu le directeur de l’époque, le père Jean Roberton, pour lequel j’ai une pensée émue et à qui je souhaite un prompt rétablissement. Alain Nonn, peintre connu, y fut éducateur une trentaine d’année.

Je ne vous raconterai pas l’histoire de l’Institution Sainte-Marie aujourd’hui, cela « mangerait » le site, et Nicky m’en ferait grief. Je me contenterai de cette petite présentation, avec beaucoup de photos, car, à part les habitués, qui peut se targuer de connaître les merveilles d’architecture qui se cachent derrière une façade d’entrée banale et conventionnelle ?

Toutefois, je n’ai pu résister à l’envie de rencontrer Jacques Bouteille, le nouveau chef d’Etablissement depuis septembre 2010. Cet homme du presque sud-ouest (il est natif de l’Aveyron) nous arrive tout droit de Perpignan, où il était chef d’un établissement…. Mariste !
Ceux qui me connaissent savent très bien que je ne suis pas homme à passer la brosse, mais le journaliste que je pense être a été conquis par son ouverture d’esprit, sa jovialité et son humilité. Ce qui, je le dis tout net, change un peu des habitudes précédentes.

Posté le 03/11/2010 à 17h54 par Marcel LAUGIER

Voici donc notre entretien, sans autre commentaire. Et puis, après, régalez vous des très belles photos de Nicky.


Jacques Bouteille chef d’Etablissement
Entretien avec Jacques Bouteille chef d’établissement:

LaSeyne.Info : Jacques Bouteille, vous êtes depuis la rentrée de septembre 2010-2011, le nouveau directeur de l’Institution sainte Marie, à la Seyne sur mer, comment êtes vous arrivé à ce poste ?

Jacques Bouteille : J’ai voulu connaître un nouveau contexte. J’étais candidat au mouvement depuis quelques mois déjà. La proposition des pères maristes à l’issue de l’entretien m’a convenue. J’ai fait le choix, car je me sentais en plein accord avec l’esprit éducatif Mariste, d’accepter ce poste, tout simplement.

LaSeyne.Info : Quel était votre précédent établissement ?

Jacques Bouteille : C’était aussi un établissement des frères Maristes, qui avaient fait dévolution de tutelle auprès du diocèse de Perpignan depuis une trentaine d’années, ils restaient imprégnés de la pensée éducative des maristes, je ne suis donc pas totalement en « terra incognita ».

LaSeyne.Info : Vous êtes marié, père de famille de quatre enfants, je crois.

Jacques Bouteille : Oui, je suis marié depuis vingt deux ans, et l’âge de mes quatre enfants s’étale entre dix-neuf et quinze ans.

LaSeyne.Info : Vous avez décidé en commun accord, de laisser pour cette première année, cette famille à Perpignan ?

Jacques Bouteille : oui, car la mutation de mon épouse ne pouvait se faire aussi rapidement que la mienne, et ensuite, parce que c’est une commodité de n’avoir pas, la première année, la gestion périphérique des petits soucis familiaux. J’ai donc fait le choix de venir seul, mon épouse, par le jeu des mutations, ne tardant pas, l’an prochain, à me rejoindre, je l’espère, à Toulon, Où elle intégrera le diocèse du var (elle est enseignante).

LaSeyne.Info : Ce qui vous oblige, soit par le train, soit par la route à la rejoindre chaque semaine ?

Jacques Bouteille : Oui parce que néanmoins la famille demeure le plus important à mes yeux et qu’il n’est pas question de la délaisser au profit du travail. Heureusement je dispose d’ une bonne voiture, et, si je prends le train cela me permet de travailler. Les trajets du week-end ne me pèsent pas trop.

LaSeyne.Info : Votre précédent établissement était un collège, et, comme ici, un internat. Les effectifs étaient plus nombreux ?

Jacques Bouteille : l’internat y était plus important qu’ici, et comprenait selon les années entre 120 et 130 élèves (cf. : un peu moins de cent pour l’Institution Sainte Marie), mais la population totale ne compte que 460 élèves collégiennes et collégiens alors qu’ici, lycée et collège atteignent le chiffre de neuf cent quatorze à ce jour.

...cordialement...Marcel Laugier...

Posté le 03/11/2010 à 17h56 par Marcel LAUGIER

LaSeyne.Info : à votre arrivée chez les « maristes », ne vous êtes vous pas senti un peu angoissé à l’intérieur de ces hauts murs, et par le fait qu’ils retenaient en eux une longue et riche histoire ? Car cet établissement a une patine, vieille de plus de 160 ans.

Jacques Bouteille : De fait, je venais d’un collège qui a aussi une patine, une histoire. C’est un ancien monastère de trappistines que les frères maristes avaient repris dans les années 1930, mais il est vrai que le volume de l’institution impressionne, et cela m’a fait penser à un grand navire amarré près du port de la Seyne, où l’on sent très bien que, autant que dans ses murs, on entre de plein pied dans une histoire.

LaSeyne.Info : En tant que nouveau chef d’établissement, vous serez un des intervenants directs de cette histoire. En acceptant ce poste, vous avez accepté les projets pédagogique, éducatif et pastoral de la tutelle mariste, mais avez-vous une idée de ce que pourrait être votre propre empreinte dans ce nouveau challenge ? Vous êtes encore, je pense, en stade d’observation ?

Jacques Bouteille : Oui, sur l’aspect pédagogique et opérationnel, je prends modestement la mesure des choses et j’y apprends Sainte-Marie. Sur l’aspect éducatif, je suis dans ma onzième année d’exercice du métier de chef d’établissement, j’ai effectivement quelques acquis et quelques convictions, heureusement d’ailleurs, c’est aussi ce que j’ai fait valoir dans ma lettre de motivation. L ’on dit que les maristes sont des hommes carrés dans un corps rond, et je les rejoins parfaitement car personnellement, je m’étais attaché à développer dans mon ancien établissement un projet éducatif bâti autour d’une idée centrale qui était l’articulation de l’exigence et de la bienveillance. Pourquoi ces deux termes ? Tout d’abord, parce qu’on ne réussi rien sans exigence, sans respect, sans travail ; Et bienveillance, parce que nos adolescents vivent dans un monde relativement compliqué, complexe, rapidement évolutif, où beaucoup de repères varient, s’effacent, ré émergent. Par conséquent, il faut les accompagner plus longtemps qu’on ne le faisait jadis pour qu’ils puissent se stabiliser. Ces deux termes ne sont pas pour moi antinomiques mais complémentaires. Je dirais pour paraphraser un homme historique célèbre qu’il faut deux jambes pour marcher. Pour moi, exigence et bienveillance sont ces deux jambes, et je vais m’efforcer de retravailler celà dans le contexte de l’institution, dans le contexte seynois et varois, et, avec mes collaborateurs, essayer de l’enrichir.

LaSeyne.Info : A ce sujet, quel a été l’accueil de ces collaborateurs. Certains d’entre eux sont en place depuis fort longtemps et ont pris des habitudes ?

Jacques Bouteille : J’ai le sentiment, je dirais la certitude, d’avoir reçu un accueil bienveillant. J’ai senti qu’il y avait de la cordialité à mon égard, cette cordialité étant un peu l’émanation des relations naturelles qui préexistent ici. J’ai senti une équipe prête à m’épauler, à tendre vers tous les besoins que je pouvais avoir. Je suis donc serein, sentant qu’autour de moi il y a de très bons relais, que je peux m’appuyer sur une équipe qui a fait ses preuves et qui a aussi une longue histoire avec Sainte-Marie. J’ai donc beaucoup de respect pour toutes les personnes avec lesquelles je travaille et beaucoup de confiance.

LaSeyne.Info : Donc, pas de révolution pour l’aménagement de l’avenir ?

Jacques Bouteille : Ce n’est peut-être pas le mot à la mode, mais je dirais « réforme ». Je crois beaucoup plus à la réforme constante qu’à la révolution, parce que cette dernière fait souvent des victimes, alors que la réforme demande de l’énergie dans le temps, demande de la durée, de la persévérance, et je pense que quelque part je suis apte à agir de cette façon.

LaSeyne.Info : Jacques Bouteille, merci de cet entretien.


Maïté Frenzel secrétaire de direction :
Les parents la rencontreront pour la préinscription

Monsieur et Madame Dini, actuels concierges,
toujours prêts à rendre service, premier contact à l’entrée de l’institution

...cordialement...Marcel Laugier...

Posté le 03/11/2010 à 18h54 par Marcel LAUGIER

Restauration


L’accès au self
L’institution Sainte Marie fait appel, pour la restauration à une entreprise spécialisée. Un self service est proposé aux collégiens et lycéens, et, cerise sur le gâteau, un « croque-cité aux seuls lycéens, car les collégiens ne sont pas toujours en mesure d’équilibrer leur repas. Ces derniers se languissent d’arriver en seconde pour avoir le droit d’y accéder.


On fait la queue

Virgile, le cuisinier, et Alain Martinez, gérant du service restauration
entourant une partie de l’équipe

Vue d’ensemble pendant un repas de midi




"Le Croque-Cité"


Marie-Jo, Sylvie et Patricia, l’équipe du « croque »

Le Croque-Cité

La terrasse du « croque » -
Claude Gaudemard, éducateur des premières déjeune avec les lycéens

Les professeurs (ici Cyril Darmon qui enseigne l’espagnol)
discutent avec les élèves au déjeuner

... cordialement ... Marcel Laugier ...

suivre LaSeyne.Info - sur Twitter - cliquez ici

Posté le 03/11/2010 à 19h40 par Marcel LAUGIER

Vues au Quotidien


Voici quelques vues au quotidien de l’institution Sainte Marie, elles ne sont pas exhaustives, tant il est vrai que ce domaine de presque cinq hectares révèle des trésors d’architecture, de coins discrets, et même, dit la légende (mais c’est une légende) de passages secrets et de souterrains.


La rotonde, donnant accès aux classes de Sixième et cinquième

Le ping-pong intéresse beaucoup les élèves du collège

Mais on y pratique les sports d’équipe sur le grand terrain

L’extérieur des salles d’étude des 6°-5°-4° et 3°

Dans cette salle de classe de quatrième, rénovée,
Marc Vuillemot, actuel maire de la Seyne, fit son année de… cinquième

Dans le hall d’entrée, une liste des personnes qui ont donné plus de 25 Années de leur vie professionnelle à l’établissement.
On y aperçoit la Vieille cloche qui sonnait le rappel avant l’électricité !
L’institution, c’est aussi, au cours de ses couloirs, l’art exposé. En voici la preuve avec deux photos exposant des œuvres « modernes » que l’on ne s’attend peut-être pas à rencontrer dans ces murs que l’on croit plus austères qu’ils ne sont.


François Disle, ancien et premier gérant de la société de restauration, devenue peintre de renommée régionale, laissa avant de partir de grandes fresques dans les couloirs du rez de chaussée et du premier étage

L’an dernier, sous la responsabilité de Madame Andrès-Becker, leur professeur d’art plastique, les secondes remportèrent le concours du « printemps des lycée » avec cette œuvre exposée dans le hall d’entrée.

..

Posté le 03/11/2010 à 19h51 par Marcel LAUGIER

L'INSTITUTION SAINTE MARIE DE LA SEYNE SUR MER


Et maintenant, voici un florilège de photos qui ne sont pas légendées mais elles parlent d’elles mêmes, que Nicky a prises lors de cet après-midi passée à l’INSTITUTION SAINTE MARIE DE LA SEYNE SUR MER


























...cordialement...Marcel Laugier...

Posté le 04/11/2010 à 07h45 par fert isabelle

reportage très interessant sur une institution de la seyne !! d'autant plus que mon fils est collègien dans cet établissement et j'en suis très contente ! vraiment très bon collège avec une très bonne équipe éducative !

Posté le 05/11/2010 à 18h13 par GAMBISTORTI

Seynois depuis ......années je n'ai gardé de ce collège que l'image exterieure de ces hauts murs gris et pourtant. J'ai toujours entraperçu derrière le mur qui longe le cours L. Blanc, une merveilleuse église ou chapelle (je ne suis pas connaisseur) qui ne mérite pas d'être ainsi cachée.
C'est la première fois, et en image que j'ai pu y pénétrer. Elle est absolument magnifique aussi bien par son aspect extérieur qu'intérieur alors, ma question? Pourquoi ne pas supprimer ce mur gris qui la cache ?

Je suis seynois et j'en suis fier

Posté le 06/11/2010 à 20h29 par GAMBISTORTI

Qelques célébrités ayant fait leurs études à l'institut Sainte Marie.

Le chanteur Eric Charden (Stone et Charden)

Maitre Collard (célèbre avocat)
et..................................................

ALBERT SPAGGIARI du gang des égoutiers, le plus célèbre bandit dt XXè siècle p p

Il parait qu'il a monté le coup avec un célèbre Marcel mais lui a été plus malin

Je suis seynois et j'en suis fier

Posté le 08/11/2010 à 20h18 par Jean Batiste Suberville

Je suis mexicain nee de famille francaise au Mexique. J'ai fait mes etudes a la Seyne de 1961 a 1968 et j'ai encore a 62 ans des souvenirs precis de mes longues annees a la Seyne. Comment oublier le cachot au premier etage face au bureau du pere superieur, comment oublier le Pere Roberton avec qui j'avais un bonne relation. Je regarde les fotos ci-dessus et la memoire revien malheuresement sans noms ni visajes, il y a tellement longtemps......
J'habite au Mexique depuis et aujourd'hui je m'ocupe de l'organisation du Championat du Monde des Rally pour le Mexique en plus de faire partie de la commision FIA des Rally Regionaux ou je represente l'Amerique du Nord.

Jean Batiste Suberville