Imprimer cette page Fermer cette fenêtre

Posté le 17/11/2020 à 20h40 par FaireDuNeuf

Bonsoir,
Notre association va aujourd’hui vous parler de Maxime Poupeney, jeune écrivain dont le talent est évident.
Maxime est né à Toulon, et après avoir passé les vingt premières années de sa vie à Saint Mandrier, il est devenu seynois.
Après la réussite de son bac Economique et Social, c’est un Deug en droit qui a complété son parcours d’études.
Auteur de six livres, son écriture passe de la poésie à la science-fiction, sans oublier le roman.
Edité pour la première fois en 2015, Maxime a commencé à écrire, (mis à part son journal intime de longue date) vers l’âge de 24 ans. Ce don de l’écriture lui est venu tout seul, et on peut même dire que, chez lui, c’est une passion.
Nous avons eu la curiosité de lui demander combien de temps il mettait pour écrire une histoire et son meilleur moment de la journée pour s’adonner à l’écriture. Sa réponse concernant le meilleur moment est claire : il n’a pas de moment privilégié. Tout dépend de la phase dans laquelle il se trouve, et de la qualité et durée de son sommeil, sans négliger ses heures de travail, pour s’organiser et se laisser, justement, du temps. En ce qui concerne la question sur le temps qu’il met à l’œuvre, la voici, telle qu’il nous l’a livré :
« Chez moi je détermine trois phases d'écriture. La première c'est la plus prenante et celle qui apporte la plus grande satisfaction, quand il s'agit de coucher les idées qu'on a eu, et souvent qui nous viennent pendant, sur le papier. Pendant cette phase, je suis confiné sans qu'on me le demande puisque je reste enfermé chez moi, à me rationner de tout pour pouvoir ne faire qu'écrire. J'écris pendant des jours et ne fais que cela. On ne voit pas le temps passer et c'est très agréable. Sauf quand cela vous prend tellement que le sommeil est affecté et là cela peut être déstabilisant. Une fois cette phase achevée, vient celle du travail de ce que j'ai rédigé, un peu comme travailler l'argile une fois un peu plus sèche. Le texte s'épaissit, je l'améliore, et souvent de nouvelles idées viennent durant cette phase qui peuvent considérablement le changer. Enfin, troisième phase, celle du labeur dans le sens où elle est pénible, la correction. En durée, la première phase est de quelques jours. La seconde, selon des nouvelles idées qui apparaissent sans qu'on les invite à apparaître, peut durer des mois. En effet, une nouvelle idée, ou une prise de conscience sur quelque chose qui n'est pas assez travaillé, peut survenir longtemps après. Enfin la troisième, la correction, dure selon l'épaisseur du manuscrit et ma capacité de travail. »
Et par ses paroles, vous remarquerez qu’écrire n’est pas sa seule occupation : il sculpte également à l’argile, et d’après ce que nous avons pu voir, il se débrouille assez bien également.
Ainsi, 6 œuvres manuscrites ont vu le jour pour l’instant :
- Porte de Costebelle – Edité en 2015
- Nouvel amour – Edité en 2017
- Les Trois Anges – Edité en 2018
- Fleurs des Etoiles – Edité en 2019
- L’Oncle Domi – Edité en 2020
- Les Arbouses de Messidor – Edité en 2020

Pour commander ses œuvres voici ses coordonnées : Vous pouvez contacter Maxime Poupeney via son site :

https://lysanxiacarmin.wordpress.com/

Vous pourrez également lui envoyer, une fois lus, vos retours sur ses écrits, il se fera une joie de vous répondre.
Nous, nous attendons le prochain avec impatience, et nous espérons que vous aurez une bonne lecture !
Dès que cela sera possible, Maxime répondra à nos questions au travers d’un reportage en vidéo.