Message

Nicky
webmaster

Voir plus


Date du message : dimanche 14 décembre 2008 à 00h35


Déjà à l'étroit les archives municipales affichent complet

Patrimoine: Chaque année le service organise la collecte et le tri de 100 mètres linéaires de documents administratifs dont 30 à 50 m sont définitivement conservés


Photo : Rina Uzan
De g. à d. Marie Mondet, responsable du service des archives municipales et Annick Rohault de Fleury, bibliothécaire chargée de la valorisation du fonds présentent quelques trésors.
Inaugurés en mars 2007, les locaux des archives municipales, seront bientôt trop exigus pour remplir leurs fonctions avec efficacité. D'une superficie de 140 m2 Ils s'étendent pourtant sur deux étages au-dessus de la salle des mariages.

Car si une des missions du service est la préservation du fonds historique ancien qui recèle de nombreux trésors (voir encadré, page suivante) les archives sont aussi et avant tout contemporaines. « Des bulletins de salaire des employés municipaux aux délibérations du conseil municipal, nous collectons, trions et archivons tous les documents produits par l'administration municipale », résume Marie Mondet, responsable du service. Le champ est vaste.

Sept cents mètres linéaires

Loin d'être anodine, cette collecte annuelle représente l'équivalent de 100 mètres linéaires de documents ! « Au final, après tri, nous ne conservons que 30 à 50 mètres linéaires, dont la moitié doit être définitivement archivée », complète la responsable. Le manque de place se fait donc sentir dans les rayonnages qui affichent complet avec 700 mètres linéaires d'archives !

Pour l'heure, à défaut d'être résolu, ce problème est soulevé. Et il ne doit pas être traité à la légère. Il faut savoir que les archives sont placées sous la responsabilité directe du maire. À ce titre, comme après chaque élection municipale, Marie Mondet, est en pleine opération de « recollement », un recensement du fonds existant avec une mise en exergue des lacunes. Quant aux durées de conservation, elles varient avec les évolutions législatives. Ce qui n'est pas sans poser certains problèmes.

Dans la mise à disposition des archives aux particuliers notamment, l'une des autres missions du service dont les locaux sont dotés d'une salle de lecture. Exemple parlant, une loi du 15 juillet 2008 - en attente d'un décret d'application - dispose que le délai de communication au public des actes de l'état civil (naissance, mariage et décès), dont les chercheurs en généalogie toujours plus nombreux sont demandeurs, est désormais de 75 ans. Contre 100 ans précédemment. Conséquence : le service des archives doit se lancer dans la collecte de 25 années d'état civil (actuellement à l'hôtel de ville au service population) et les mettre à disposition du public. Soit 2,30 mètres linéaires ! En l'état la mission est difficile.
source: Jean-Marc VINCENTI - var matin

...cordialement...Nicky...