Message

Corine wwwLaSeyneInfo
Littérature sur LaSeyne.Info

Voir plus


Date du message : dimanche 15 mai 2011 à 18h52


Il est des livres qui sont difficiles à résumer, à expliquer tant ils nous ont emporté dans un tourbillon de sensations et d'émotions. Il ne reste donc qu'une seule et unique chose à faire : les lire ! Et de toute urgence! Je vais tout de même tenter de chroniquer ces « Nymphéas noirs » qui ont suscité en moi un vif intérêt doublé d'une sincère admiration, et réveillé ainsi en chaque lecteur le désir de se ruer chez son libraire le plus proche afin de dévorer ce petit bijou.

Donc, l'histoire se déroule à Giverny, patrie du célèbre peintre Monet, village où il a vécu et peint ses non moins célèbres Nymphéas. Giverny demeure ce lieu magique où la lumière est unique, source d'inspiration pour de nombreux peintres en devenir. Pour les habitants de ce lieu, la vie paisible est rythmée par les milliers de touristes qui débarquent tout au long de l'année. Tout paraît lisse et serein, en apparence seulement. Des secrets sont bien gardés, des passions dévorantes sont cachées, Giverny est un petit village, tout se sait, mais jusqu'à quel point ? La découverte d'un corps au bord du ru de l'Epte, près de la maison où habita le maître Monet va faire ressurgir un passé douloureux pour certains. L'inspecteur Laurenç Sérénac prend en charge l'enquête. Parviendra t-il à percer le mystère qui entoure trois femmes du village? Trois femmes qui semblent toutes posséder une part d'ombre mais aucun lien entre elles sinon de vivre dans le même lieu ?

Michel Bussi parvient sans peine à brouiller les pistes tout au long de ce « Nymphéas noirs » et à entretenir le mystère qui semble même s'épaissir à mesure que l'histoire se déroule. Une écriture remarquable, qui n'est pas sans rappeler la palette faite de lumière, de couleurs et de contrastes de Monsieur Monet. Donc un conseil : lisez ce livre puis précipitez vous au musée afin de redécouvrir l'œuvre gigantesque de Monet.

... Bonne lecture à tous ... Corine ...

Message modifié le lundi 16 mai 2011 à 11h03 par Marcel LAUGIER