Message

Nicky
webmaster

Voir plus


Date du message : vendredi 1 juin 2012 à 14h02


Législatives 2012: La course électorale de Christine Sampéré passe par le sport


Rencontres et échanges en petit comité pour la candidate du Front de Gauche, Christine Sampéré, à la faveur des ateliers législatifs. (photo: Dominique Leriche)
La candidate du Front de gauche a organisé un « atelier législatif » en petit comité sur le thème du sport, mercredi soir à la Bourse du travail

«Ce soir, ce n'est pas une réunion où on écoute, on applaudit et on repart. On va vous faire travailler !», lance Christine Sampéré. Pas de grand raout pour Christine Sampéré, mais des débats par petits groupes, en plein air ou dans des salles. Mercredi soir, la Bourse du travail était une salle un peu grande pour les élus PCF et les responsables associatifs réunis autour de la candidate du Front de gauche et son suppléant, Jean-Jacques Taurines.

Un outil démocratique

Christine Sampéré ne paraît pas déçue : «Ce qui compte, c'est la qualité des débats» estime l'élue seynoise avant d'expliquer, en préambule les règles du jeu : « Les ateliers législatifs sont un outil démocratique destiné à participer aux propositions de loi du groupe Front de gauche à l'Assemblée nationale. Le concept se poursuivra d'ailleurs après les élections législatives...». Mercredi soir, c'est le thème du sport que la candidate a voulu mettre « au cœur de la campagne». Il faut dire qu'à la veille des Jeux olympiques à Londres et en plein scandale des matches truqués en Italie, le sujet est d'actualité.

D'emblée, Christian Barlo, élu PCF et conseiller municipal aux sports, dénonce les dérives liées au sport-spectacle : dopage, surmédiatisation, salaires « indécents ». Francisque Luminet, ancien élu communiste, rappelle que « le sport, ou plutôt l'activité physique et sportive, ce doit être pour l'humain d'abord ». . « Il y a une dérive entre le sport et l'argent, attaque Jean-Jacques Taurines. Les grands clubs sont devenus des mercenaires. Les gens restent une saison et partent s'ils ne sont pas assez payés ». L'adjoint seynois Philippe Mignoni regrette, lui, la professionnalisation au détriment des petites associations de loisirs. Propos abondés par Jean-Jacques Bres, sympathisant et directeur du service des sports à la mairie de La Seyne : « Nos sportifs ne nous demandent pas des installations en plaqué or. Juste des structures adaptées, aux normes, avec des vestiaires...»

« Le sport gratuit »

Christine Sampéré aborde le problème du sport à l'école. « Le sport doit être une discipline à part entière. Quand on est bien dans son corps, on est bien dans sa vie de tous les jours… trois heures de sport à l'école, c'est insuffisant », juge-t-elle. Quant aux associations sportives, la candidate estime qu'elles doivent bénéficier « d'un financement pérenne, pour pouvoir proposer des activités gratuitement». Selon elle, le prix des licences reste un frein pour les familles.

Pour la candidate, « il y a beaucoup à faire et cinq ans de mandature, c'est court. On ne va rien réinventer, mais tout est à reconstruire», conclut-elle.
source: Marielle Valmalette: var matin

... cordialement ... Nicky ...

suivre LaSeyne.Info - sur Twitter - cliquez ici