Message

Nicky
webmaster

Voir plus


Date du message : lundi 14 avril 2014 à 13h45


Apprentissage en PACA: une Voie de Qualité ...


En Provence-Alpes-Côte d’Azur, l’apprentissage constitue une voie de formation de qualité pour près de 30 000 apprentis. Evolution des filières et des métiers, facilité d’adaptation des jeunes apprentis, besoin d’employés qualifiés dans les entreprises … tour d’horizon de l’actualité régionale de l’apprentissage

Sous forme de contrat de travail, l’apprentissage permet aux jeunes de 16 à 26 ans (jusqu’à 30 ans pour les personnes handicapées) de suivre une formation en alternance validée par un diplôme.

L’apprenti partage son temps de formation entre l’entreprise avec laquelle il signe un contrat – et dont il est salarié – et le CFA qui lui dispense les enseignements généraux, technologiques et professionnels nécessaires à l’obtention du diplôme préparé.

En région, 425 certifications différentes peuvent être préparées sur 255 sites de formation. S’il est possible d’obtenir une licence ou un master (niveau I) en alternance, les trois quarts des diplômes validés en région sont un CAP (niveau V) ou un Bac Pro (niveau IV).

« La progression des inscrits aux formations de niveau IV est la tendance actuelle, explique Victor-Emmanuel Martins, directeur du Centre de formation d’apprentis du BTP (bâtiment et travaux publics), situé dans la zone industrielle est de Toulon. C’est la conséquence de la demande des entreprises. Elles embauchent des personnels plus et mieux qualifiés », précise-t-il.

Meilleurs débouchés

« Pas moins de 70 % de nos diplômés ont un travail ou poursuivent leurs études. Cela confirme l’avantage de la réalité du terrain. Nos jeunes connaissent déjà le monde de l’entreprise disposant ainsi d’une forte capacité d’adaptation », affirme M. Martins. Immersion dans l’entreprise et élévation du niveau de qualification forment un duo gagnant pour les jeunes en apprentissage.

Aujourd’hui, la Région et ses partenaires (Education nationale, chambres consulaires…) font correspondre au plus près les formations aux besoins précis des entreprises. Outre les savoirs fondamentaux, dans tous les types de métiers, les employeurs souhaitent aussi un acquis tenant compte de l’évolution des technologies. « La réduction et la maîtrise de la consommation d’énergie dans le bâtiment nous conduisent à l’ouverture de formations comme le Bac pro de technicien en énergies renouvelables option électricité, indique M. Martins.

Nos jeunes travaillent au quotidien sur des installations et des équipements incontournables : pompes à chaleur, production d’eau chaude par énergie solaire, systèmes de traitement de l’air… »

Identifier les besoins

Malgré la crise et une baisse d’activités dans certains secteurs, des offres d’emplois restent souvent non pourvues. C’est notamment le cas dans l’industrie, où plusieurs métiers n’attirent pas ou peu les jeunes. On constate ainsi des besoins d’usineurs, électriciens, câbleurs chez les sous-traitants de l’aéronautique, autour de l’Etang de Berre. Dans cette même zone, un techno-centre dédié à des industries majeures de la région - l’aéronautique et l’énergie – est en train de naître regroupant plusieurs sites sur les communes de Marignane, de Saint-Victoret et de Vitrolles.

Basé sur la mutualisation de moyens et le développement de l’ensemble des filières liées à ces secteurs, la nouvelle implantation sera aussi dotée d’un centre de formation. Outre l’adaptation des formations aux besoins et à la demande des industries concernées, la Région et ses partenaires veulent stimuler la demande des jeunes par la promotion et la valorisation des métiers techniques. « Si l’on sait que la chaudronnerie peut mener chez Eurocopter, cela rendra la profession plus attractive », a récemment déclaré le sous-préfet d’Istres.

Dans la même veine, le projet d’Université régionale des métiers à Marseille porté par la Région (voir article ci-contre) a notamment pour objectif de mieux cibler les filières d’apprentissage en fonction des besoins stratégiques de notre région.

Qu’apprennent les apprentis ? Six domaines de spécialités ont accueilli 90 % des apprentis en formation en 2012-2013 :

- Services aux personnes : coiffure, esthétique, accueil, hôtellerie, tourisme et santé
- Mécanique, électricité, électronique
- Génie civil, construction, bois pour le bâtiment (finitions, construction et couverture)
- Transformations : agro-alimentaire, alimentation, cuisine, énergie, génie climatique
- Echanges et gestion : commerce, vente, comptabilité, gestion
- Agriculture, pêche, forêts et espaces verts.
source: Thierry Auffray - regionpaca.fr