Message

Nicky
webmaster

Voir plus


Date du message : lundi 3 novembre 2014 à 11h45


Fédérale 1, c'est quoi le problème ..?


Sous l'œil de Henri Mondino(au centre) , Thierry Murie (à gauche) a interpellé Didier Retière, le nouveau directeur technique national (à droite) sur l'avenir du rugby amateur
Thierry Murie, président de l’US seynoise, et Didier Retière, nouveau directeur technique national, ont échangé sur les problèmes liés à la plus haute division amateur. Sans tabou ...

Ils se sont salués chaleureusement. Puis, Didier Retière et Thierry Murie se sont assis face à face, entourant Henri Mondino. Le président du Comité Côte d'Azur avait prévenu le nouveau directeur technique national : le patron de l'Union sportive seynoise est un homme qui va droit au but. Une réputation vite confirmée.

D'entrée, Thierry Murie entre dans le vif du sujet. Car le DTN est attendu par Jacques Delmas et bon nombre d'entraîneurs, joueurs, arbitres et anciennes gloires du RCT pour débattre sur l'évolution du poste en première ligne (lire ci-contre), dont il est un éminent spécialiste.

Les formateurs contre les golgoths

Le constat de l'homme fort de l'USS sur la Fédérale 1 et les problèmes liés à la formation est sans concession : « On est un club qui met beaucoup d'argent dans la formation et franchement, pourquoi faire ? Cette division n'autorise plus à former des mecs. Les clubs se limitent à un maximum de 400 licenciés, réduisent les coûts sur la formation et mettent leur pognon sur l'équipe première en recrutant des étrangers à tour de bras. On voit chaque week-end des effectifs qui comptent entre dix et quinze étrangers[…].Moi, je ne recrute que des joueurs de l'agglomération, avec des formateurs de qualité comme Marc de Rougemont ou Patrick Pézery. Mais pour quel résultat ? Face à une telle concurrence, j'ai des doutes sur la survie de l'USS en Fédérale 1. Et dans ce cas, nos 200 000 euros mis dans la formation, pourquoi ne pas les transposer sur des joueurs aguerris ou surpuissants des Tonga ou d'Afrique du Sud ? »

Didier Retière essaye bien de prendre la parole. Mais Thierry Murie enchaîne : « L'USS, c'est trois équipes cadets, deux juniors, 250 gosses à l'école de rugby, 16 licences blanches en équipe une, 22 en Nationale B et 27 en Bélascain. Et pour quoi ? On a touché 600 euros d'indemnités de formation pour Gaël Fickou, qui a joué de 6 à 15 ans chez nous avant de faire deux années de tutorat au RCT. Et face à nous, on a des clubs qui se contentent de huit licences blanches pour recruter des golgoths venus de frontières lointaines qui te défoncent chaque week-end. Dois-je alors continuer sur cette voie ? »

« Les agents font leur business »

Le DTN n'est pas surpris par ces propos. Il connaît le sujet. « C'est une division "fourre-tout" avec des clubs qui ont des ambitions et qui sont pressés. Ils recrutent donc des étrangers ou des joueurs de Pro D2 et même de Top 14.A contrario, les clubs comme l'USS n'ont aucune reconnaissance et risquent même de descendre alors que tu as réalisé deux fois plus que tes obligations. »

Didier Retière s'attaque alors au problème de fond. « La Fédérale 1 est la division qui fait jouer le moins de jeunes et où l'on trouve le plus d'étrangers. C'est là où les agents font leur business. Je suis pour une vraie séparation entre professionnels et amateurs. On pourrait - éventuellement - avoir des contrats pluri-actifs mais pas de contrats pros. On ne peut pas avoir une division avec des budgets multipliés par dix. Sans compter le risque de faire jouer un jeune de 19 ans et qui, le dimanche, est confronté à un pro qui évoluait l'année d'avant en Super 15. Où est la sécurité du joueur là-dedans ? »

Le président seynois rebondit alors sur les escroqueries liées aux joueurs chômeurs et la rémunération en espèces ou sous forme d'indemnités kilométriques totalement abusives. « On n'en parle même pas », soupire l'ex-adjoint de Marc Lièvremont, conscient là aussi du problème.

... @ suivre ...

Message

Nicky
webmaster

Voir plus


Date du message : lundi 3 novembre 2014 à 11h47


... Suite ... Vers une Pro D3 ?

Thierry Murie évoque alors de la création d'une Pro D3. Didier Retière lui répond du tac au tac : « Mais qui la prend en charge ? Fédé ou Ligue ? Je pense que cette 3edivision est incontournable, avec des clubs qui montent grâce à des projets financiers. Et d'un autre côté, on fait un vrai championnat amateur avec une équipe de France fédérale qui vaudrait le coup, des finales nationales de F3, F2 et F1 au Stade de France, où on redonne une vraie valeur au rugby amateur et à la formation. »

Et le DTN de poursuivre : « Je veux vraiment recréer des liens avec les clubs de Fédérale et les accompagner dans leur projet en leur donnant des moyens pour gagner plus d'argent, pour être mieux structuré et récupérer des joueurs à travers la cohésion sociale, le milieu scolaire... »

« De la cohésion sociale avec de l'intégration auprès de jeunes des quartiers difficiles, on en fait aussi à La Seyne, rétorque Thierry Murie. On collabore aussi avec les écoles primaires et collèges. Mais c'est encore pareil. À part te taper sur l'épaule et te dire que c'est bien, il n'y a aucune autre reconnaissance. »

Vingt minutes déjà que les deux hommes échangent. Soit le moment où Henri Mondino, qui soutient plus que jamais la politique du club ouest-varois, prend la parole pour la première fois : « Je défends l'idée d'une 3edivision pro à la charge de la Ligue avec un contrôle fédéral très fort, en invitant les gens sur un projet structurant d'entreprise pour ne pas subir des drames comme à Saint-Étienne (1). »

Et Didier Retière de conclure : « Il faut valoriser le bon boulot réalisé dans les vrais clubs formateurs et redonner une dimension sociale à cette division comme, par exemple, accueillir des anciens pros qui n'ont pas pu faire beaucoup d'études et leur permettre une reconversion. »

Les trois hommes se lèvent alors de table, satisfaits de cette rencontre constructive, pour rejoindre l'assistance dans la grande salle de la Maison du rugby qui n'a jamais aussi bien porté son nom que mardi soir.

1. Le club stéphanois, alors en Fédérale 1, a déposé le bilan en 2013
source: Sébastien Bottasso - var matin

Message

GAMBISTORTI
Membre

Voir plus


Date du message : lundi 3 novembre 2014 à 13h00


C'est pourtant facile, il suffit de limiter le nombre de pros à 3 par feuille de match

Message

Nicky
webmaster

Voir plus


Date du message : dimanche 23 novembre 2014 à 12h26


L’US seynoise condamnée à l'exploit face à Mâcon ...


Les Seynois auront bien besoin de leurs supporters pour espérer renouer avec le succès face à l'ogre mâconnais (photo: Sébastien Bottasso)
Après quatre défaites de rang, l’US seynoise doit l’emporter à tout prix face au leader Mâcon, sous peine de jouer le maintien jusqu’à la fin de la saison. Un match qui s’annonce bouillant ...

Cette fois, ils n'ont plus le choix. Même si les coéquipiers de Julien Capdeillayre promettent de ne faire aucun calcul, ils savent très bien qu'une défaite aujourd'hui à domicile contre Mâcon (15 h 15) serait rédhibitoire pour la qualification. Il ne faut pas non plus être un grand mathématicien pour comprendre qu'avec quatorze ou quinze unités à la fin des matches aller, cette équipe serait condamnée à jouer le maintien jusqu'au mois d'avril.

La qualif' ou le maintien

La venue de Mâcon est donc un match charnière dans la saison des Varois. Soit ils plongent. Soit la bouffée d'oxygène obtenue par les quatre points les relancerait vers une course-poursuite motivante avec les autres prétendants à la qualif'. Mais pour se donner de l'espoir, il faut battre le leader cet après-midi.

Pas une mince affaire dans le contexte actuel avec une équipe seynoise qui n'arrive plus à récolter le moindre point depuis quatre rencontres, et un adversaire bien décidé à protéger son rang en rattrapant les points perdus à domicile face à Bourg-en-Bresse le week-end dernier (16-16). Autant dire que la côte seynoise est très haute et que Mâcon est bel et bien le favori de cet affrontement.

Il suffit d'ailleurs de jeter un coup d'œil à l'effectif bourguignon pour s'en convaincre. Que des joueurs pros, avec un pack massif et des individualités derrière venues de contrées lointaines (Fourie, Perkins, Baleinadogo) capables de vous faire basculer un match à tout moment.

Cazenave encore là

Un son de cloche que les Seynois connaissent par cœur mais auquel ils doivent faire écho afin de réaliser la performance du week-end.

D'ailleurs, le public est attendu en masse afin de pousser derrière leurs favoris, qui en auront bien besoin. La composition d'équipe ne réserve d'ailleurs aucune grosse surprise hormis l'absence de Julien Orméa, qui fait les frais du nombre de licences blanches obligatoire sur la feuille de match.

Quant au jeune demi de mêlée des juniors, Cazenave, il bénéficie comme à Valence de la confiance de Martial Cottin, au profit de Romain Drilhon.
source: Sonia Bonnin - var matin

Message

Nicky
webmaster

Voir plus


Date du message : vendredi 28 novembre 2014 à 14h46


US Seynoise - RC Hyères-Carqueiranne le 7 décembre 2014

Message

Nicky
webmaster

Voir plus


Date du message : vendredi 5 décembre 2014 à 11h48


Union Sportive Seynoise Rugby a écrit :

En raison des intempéries le match US Seynoise /RC Hyères du dimanche 07 décembre 2014 est reporté.

Cette rencontre pourrait se disputer le 21 janvier 2014 ... @ suivre ...
Message

Nicky
webmaster

Voir plus


Date du message : mercredi 10 décembre 2014 à 12h44


Cottin ne se voile pas la face ...


Martial Cottin(en bleu) au côté de Manu Prospero, passe des moments difficiles sur le banc seynois depuis plus de deux mois (photo: Valérie Le Parc)
Face à la mauvaise passe que traverse son équipe, le manager seynois ne cède pas à la panique. Mais il est convaincu que cette saison sera compliquée quel que soit le résultat au Tricastin

Le report du match face au RC Hyères/Carqueiranne/ La Crau vous a-t-il contrarié ?

C'est toujours embêtant de renoncer à un match alors que vous avez annoncé votre équipe aux joueurs et que malgré la météo, on avait réussi une bonne préparation. Les aléas d'une saison.

Quelle est l'ambiance aux entraînements ?

La semaine dernière, c'était mieux. Il y avait plus de gaieté. Mais quand tu enchaînes les défaites, on ne peut pas être joyeux.

Le groupe est-il mobilisé ?

J'ai le sentiment qu'ils sont concentrés et pleinement investis. Il y a juste un manque de confiance lié aux résultats. Tout le monde se pose forcément plus de questions. Parfois cela te fait avancer. Parfois reculer. Il faut juste se mettre une limite et ne pas tout remettre en question.

Comment renouer avec le succès ?

Un paramètre est déterminant : la discipline. On en manque cruellement ces derniers temps. Cela me rappelle ma première saison où on était beaucoup puni. On a pourtant plus que jamais besoin de jouer tout le match à 15 et compter sur tout notre collectif au moment de composer l'équipe. Il faut aussi qu'on se ressaisisse en défense, car on ne peut pas encaisser plus de vingt points par match et courir derrière le score. Dans une poule aussi compétitive, tu ne peux pas t'en sortir.

Aller au Tricastin, qui n'a pas gagné un match, semble être une excellente opportunité de regoûter aux joies du succès ?

Je l'espère. Il faut être hyper mobilisé pour relancer notre deuxième partie de saison. Mais il faut être convaincu que chaque point va compter. Il faudra en grappiller à chaque fois que l'occasion se présente. Le ROC La Voulte/Valence et le RC Hyères/Carqueiranne/La Crau ne vont rien lâcher dans la course au maintien. Il faudra en faire de même.

Une nouvelle défaite remettrait-elle beaucoup de choses en question ?

Je suis déjà assez contrarié par la situation. Même si on gagne, je continuerai à me poser des questions pour nous faire avancer dans le bon sens. Quoi qu'il se passe dimanche, cette saison sera compliquée jusqu'au mois d'avril. C'est une évidence.
source: Sonia Bonnin - var matin

Message

Nicky
webmaster

Voir plus


Date du message : lundi 5 janvier 2015 à 12h21


US Seynoise - US Romans - Dimanche 11 Janvier 2015 01 ...

Message

Nicky
webmaster

Voir plus


Date du message : lundi 12 janvier 2015 à 12h47


l'US Seynoise renoue avec la victoire ...


Auteurs d'une grosse performance, Tom Sourice écarte les Drômois de son passage. À la conclusion de cette action, l'essai de Sonny Falconetti (photo: Frank Muller)
Grâce à une première mi-temps plutôt bien maîtrisée, les Seynois mettent un terme à leur série de six défaites consécutives et s’éloignent de la zone de relégation ...

Trois mois. C'est le temps qu'a dû patienter l'US Seynoise pour renouer avec un succès qui les fuit depuis le 28 septembre. Mais une victoire qui intervient comme une sacrée bouffée d'oxygène dans cette période de vache maigre ... Avec le vent dans le dos, les Rouge et Bleu occupent le camp drômois, vite récompensé par une pénalité d'Arniaud. Malgré d'évidentes bonnes volontés de part et d'autre, le mistral perturbe le jeu. Mais sur un ballon de récupération, Capdeillayre décale Calais qui sert ensuite Mathieu Horb qui se joue de deux défenseurs pour inscrire le premier essai de la rencontre (10-0).

La Seyne est bien dans son match avec une défense agressive qui lui permet de récupérer bon nombre de ballons. Sur l'un d'entre eux, l'USS obtient une pénalité convertie par Arniaud, qui double la mise cinq minutes plus tard de 50 mètres (16-0). Si Vernissat réduit le score, les locaux terminent sur un nouveau temps fort. En vain (16-3 à la pause).

Sur un rythme fou

Il suffisait d'attendre quelques minutes supplémentaires pour les voir breaker. Capdeillayre joue une pénalité à la main depuis la ligne médiane. Les temps de jeu se succèdent avec Sourice et Charlier - énormes sur ce match - jusqu'à ce que Sonny Falconetti tende le bras pour doubler la mise (21-3). Piqué au vif, Romans réagit par son pack. Au terme de plusieurs mêlées à cinq mètres de la ligne d'essai varoise, Quinon prend le trou et file entre les perches (21-10). Un essai qui galvanise les coéquipiers de Testa qui prennent la direction du jeu. En face, les Varois s'affolent et accumulent les mauvais choix à l'image d'une pénalité tentée et ratée un drop dans les 22 mètres romanais ! Les Damiers en profitent et dominent le dernier quart d'heure. Ils trouvent la récompense du point de bonus défensif à l'entame des arrêts de jeu en plein cœur de la défense varoise (21-17) qui termine la rencontre sur les rotules… mais avec le sourire !
source: Sonia Bonnin - var matin

Message

Nicky
webmaster

Voir plus


Date du message : jeudi 22 janvier 2015 à 11h56


... Next ...