Message

Nicky
webmaster

Voir plus


Date du message : mercredi 12 novembre 2014 à 13h07


Le rugby seynois est inquiet, le maire promet ...


Au cours d'une soirée en l'honneur des partenaires privés de l'USS, ici en présence de Francis Pizzorno (à gauche), les dirigeants du club (à droite) ont pu compter sur le soutien du maire de La Seyne, qui s'est engagé à « porter la bonne parole » pour que le club bénéficie d'aides de la Région et de TPM (photo: Valérie Le Parc)
Lundi soir au stade Marquet, dans les salons de l'Union sportive seynoise (USS), le club de rugby de la ville, se tenait un « after work », cérémonie en l'honneur des partenaires économiques. Pas vraiment le moment ni l'endroit où, d'habitude, on cause politique. Sauf que le petit monde local de l'ovalie est en crise

Une troisième défaite d'affilée, il y a deux semaines contre Aubenas, a fini d'en convaincre ses dirigeants. Les présidents Thierry Murie, Patrick Philibert et Pascal Segone ont décidé de partir en croisade.

Le bel engagement de toute une équipe première, les petits miracles, parfois, ne suffisent plus à entrevoir l'avenir avec sérénité, dans un championnat de fédérale 1 qui se professionnalise dangereusement.

« L'USS, une belle petite PME »

L'USS doit « s'aligner » financièrement pour, au moins, espérer se maintenir. En améliorant la formation, en recrutant du staff, en payant correctement des joueurs pour qu'ils puissent s'y consacrer à plein-temps, etc.

Et pourquoi pas, un jour, passer en Pro D2 ? « Avant d'avoir l'ambition d'une aventure en Pro D2, il faut déjà se structurer, pour se préparer à passer professionnel ou semi-professionnel », a estimé Thierry Murie.

Il y a quelques jours, il a adressé au maire, Marc Vuillemot, une longue lettre pour l'alerter sur la situation, sur « le virage » que doit nécessairement prendre le club. Il n'a d'ailleurs pas hésité à rappeler la menace qui pèse, en l'état, sur « l'action sociale » que joue le club auprès des jeunes des quartiers populaires, la politique tarifaire qui permet de proposer des « licences à prix raisonnables », ou encore la manne économique que représente l'USS, qu'il a comparée à une « belle petite PME du Var de 1,2 million d'euros ». Aussi, il souhaite que l'USS s'inscrive dans un contexte géographique plus large : « Je pense que le bassin ouest doit s'occuper de nous, voir notre club différemment (...) On ne pourra pas continuer à vivre isolés. Les guerres de clochers ne doivent plus exister. ça ne fait que du mal. »

Marc Vuillemot, présent ce lundi soir, a longuement pris la parole (lire ci-dessous). A la grande satisfaction des dirigeants, il a comme rarement affiché son soutien et son attachement à l'USS. Il a aussi rappelé les difficultés financières de la commune pour justifier le montant des subventions au club, mais, surtout, il a promis de « porter la bonne parole »auprès de TPM et du conseil général, pour faire rayonner l'USS. Les dirigeants l'en ont chaleureusement remercié, même si rien n'est encore signé.
source: J.P. - var matin