Message

chris83
Membre

Voir plus


Date du message : vendredi 7 août 2009 à 14h44


lacliniquedupc83 a écrit :

pour regler les soucis des tarifs du parking MARTINI les commerçants de la rue lagane dont je fais parti bloqueront prochainement l acces au parking en partant de la rue lagane car ont demande un tarif identique à ce de sanary ( gratuit la premiere heure et 1€ par heures suivante)
il faut boyscoter ce parking et faire en sorte d avoir des tarifs raisonnable

Entiérement d'accord avec vous. Hier j'ai dû aller à six fours pour acheter le matériel dont j'avais besoin, aprés avoir fait 2 fois le tour de la viile pour trouver une place de Parking. Je boycotte le parking Martini depuis le début des travaux, et si la tarification ne baisse pas aprés la rénovation de ce parking, je le rayerai définitivement de mes zones de stationnement.
Ce n'est pas en rackettant les automobilistes, que l'on va développer le centre ancien de notre ville. Les parcmetres payants qui vont prochainement voir le jour, ne vont pas arranger les choses. La municipalité veut bannir la voiture en ville!!!! Ok, mais on baisse les tarifs des transports publics, voir, on instaure la gratuité. J'espère que vous bloquerez tout, lors de votre action de revendications. Les pouvoirs publics ne réagissent que sous la contrainte.

" Vous n'aurez pas, ma liberté de penser" Florent Pany

Message

baugar
Membre

Voir plus


Date du message : samedi 8 août 2009 à 07h25


c'est bien ce que je dis depuis le début il faut développer la gratuité des transports en commun surtout que d'autre ville l'on fait et que nous ne sommes pas bête qu'eux mais, encore faut t_il le vouloir voir la ville d'aubagne qui eux viennent de le faire

Il paraît que la crise rend les riches plus riches et les pauvres plus pauvres. Je ne vois pas en quoi c'est une crise. Depuis que je suis petit, c'est comme ça.

Message

Nicky
webmaster

Voir plus


Date du message : mardi 18 août 2009 à 02h33


Le chantier des Esplageolles est en cours de démontage


Photo : Dylan Meiffret
Le futur parking des Esplageolles, de 400 places sur quatre étages, devait être livré à l'été 2010. Mais les travaux sont définitivement arrêtés, et la grue a été démontée hier.
Stupéfaction autour du parking des Esplageolles. Le chantier, déjà désert depuis plusieurs semaines, subit un démontage en règle. Adieu grue, préfabriqués, machines et matériel de construction. Des ouvriers sont revenus et doivent quitter les lieux d'ici la fin de la semaine.

La mairie déclare ne pas connaître les raisons officielles de cet arrêt. Quant à l'entreprise Q-Park, maître d'oeuvre, elle se refuse à tout commentaire. « Nous ne souhaitons pas communiquer », répondait, hier soir, l'une de ses responsables.

Le parking de 400 places sur quatre étages devait être livré mi-2010. Retour point par point sur un dossier qui ressemble à un possible fiasco.

Ligne haute-tension

Mi-juin, les entreprises actives sur le chantier « tombent » sur une ligne haute-tension en creusant les fondations du futur parking. « Cette ligne 15 000 volts n'était pas répertoriée et nous avons dû la déplacer », expliquait le directeur des travaux de Q-Park, au début du mois. L'ensemble du chantier a été immobilisé jusqu'à mi-juillet, le temps qu'EDF refasse les réseaux.

Mais le chantier et sa quarantaine d'ouvriers n'ont pas repris.

« Dans un premier temps, on ne s'est pas inquiété, car on sait que les chantiers s'arrêtent souvent pendant l'été », indique Claude Astore, adjoint à l'urbanisme. « Puis, on s'est rendu compte qu'ils étaient en train de vider les lieux ».

Arrêt définitif

Depuis quelques jours, en toute discrétion, le chantier a effectivement redémarré. Mais pour mieux s'arrêter. Le démontage est devenu spectaculaire hier, quand la grue a été ramenée, morceau par morceau, sur le plancher des vaches.

« La mairie a fait constater par huissier que le chantier était démonté, en fin de semaine dernière », explique Claude Astore. « Nous aurions aimé pouvoir rencontrer Q-Park et décider d'une stratégie commune ».

Dures négociations

Si les sujets de frictions peuvent exister entre la mairie et son prestataire, aucun ne semble assez sérieux pour remettre en cause la construction d'un parking de 400 places, dans une ville où le stationnement est la difficulté quotidienne numéro un.

« Certes, des discussions tendues ont eu lieu », révèle l'adjoint au maire, « mais toute négociation est dure ».

Il y a notamment les revendications des parents d'élèves de l'école Martini, qui demandent un meilleur tarif, pour pouvoir se garer quand ils vont chercher leurs enfants.

Il y a aussi la demande de la mairie de négocier des places à un tarif préférentiel. Il y a surtout que l'équipe municipale actuelle estime « subir une délégation de service public », qui ne serait pas favorable à la commune.

Un contrat de 32 ans

Les liens entre la ville et Q-Park sont scellés dans un document qui délègue le stationnement du centre-ville à un privé pendant 32 ans. Q-Park s'engageait à rénover le parking Martini, puis à construire celui des Esplageolles. Ensuite Q-Park pouvait les exploiter, ainsi que le millier de places aériennes du centre, qui perdaient leur gratuité.

Le maire actuel, farouche opposant de cette délégation de service public, avait voté contre, en juillet 2007. Mais deux ans plus tard, c'est à lui que revient de gérer cet héritage. L'homme n'a jamais caché son dépit de mettre entre les mains de Q-Park tout le stationnement, devenu payant, du centre ville.

Question. L'arrêt du chantier peut-il remettre en cause ce document ?

Si elle reste à l'ordre du jour, une réunion est prévue entre la municipalité et Q-Park, dans la première semaine de septembre.
source: Sonia Bonnin - var matin

...cordialement...Nicky...

Message

baugar
Membre

Voir plus


Date du message : mardi 18 août 2009 à 06h27


bravo messieurs
nous voilà avec un terrain et pas de parking

Il paraît que la crise rend les riches plus riches et les pauvres plus pauvres. Je ne vois pas en quoi c'est une crise. Depuis que je suis petit, c'est comme ça.

Message

GAMBISTORTI
Membre

Voir plus


Date du message : mardi 18 août 2009 à 10h35


Il faut profiter pour refaire le parc de stationnement comme avant pendant que l'on réalise le parking SOUS LE PORT.

Une fois de plus je demande si une étude ne pourrait être faite.

Je suis seynois et j'en suis fier

Message

buk
Membre

Voir plus


Date du message : mardi 18 août 2009 à 15h59


c'est le bordel tout part en live à la seyne

Message

chris83
Membre

Voir plus


Date du message : mercredi 19 août 2009 à 00h24


buk a écrit :

c'est le bordel tout part en live à la seyne

A mon avis, Q-PARK est en train de faire du chantage à la municipalité pour obtenir une DSP encore plus favorable. un grand merci à la municipalité précédente, pour la défense des intérêts des Seynois qui devrons payer encore un peu plus.

" Vous n'aurez pas, ma liberté de penser" Florent Pany

Message

Nicky
webmaster

Voir plus


Date du message : mercredi 19 août 2009 à 00h37


Aux Esplageolles, une seule certitude, le chantier s'arrête


Photo : Éric Estrade
Le chantier devait encore durer un an, mais Q-Park a demandé aux entreprises exécutantes de vider les lieux. Aucune justification officielle n'est parvenue en mairie. Le contrat avec la Ville en est-il caduc pour autant ?
Des tiges de fer et un plancher de béton. Voilà le spectacle désolant sur le site des Esplageolles. Seules les fondations sont terminées, là où un parking de quatre étages devait sortir de terre.

Parking La mairie n'a pas été informée par Q-Park de l'abandon des travaux. La réunion vérité du 7 septembre pourrait virer à la confrontation entre les deux parties. Dans trois jours, l'espace de 3 900 m2 sera totalement désert. Clôturé, hors des regards, mais comme un énorme point noir à l'entrée de la ville. Que s'est-il passé pour que l'entreprise Q-park décide unilatéralement d'abandonner le chantier ? (voir notre édition d'hier) Aucun début de réponse à ce jour. Aucune justification officielle. Q-Park n'a ni prévenu la collectivité locale, ni répondu à nos questions.

Une issue amiable ?

La mairie n'en dit pas plus et avoue attendre la réunion du 7 septembre pour connaître les intentions de Q-Park, qui a donné l'ordre aux entreprises exécutantes de plier bagages.

Le principe de cette réunion a été décidé au début du mois d'août, mais avant que la Ville ne sache que le chantier était condamné. Pour des raisons d'agenda, la réunion a été repoussée à début septembre. Vont y participer : le groupe de travail de la mairie, les avocats spécialisés mandatés par la Ville pour étudier le dossier à la virgule près, et bien sûr, la direction de Q-Park, ainsi que ses conseils.

Le dossier peut-il trouver une issue à l'amiable, comme le souhaite la Ville ? Ou finira-t-il en justice ? Avec des années de procédures à la clé. C'est tout l'enjeu de la confrontation. On saura alors seulement quelle est la stratégie de Q-Park et ses objectifs. Le groupe européen, 2e opérateur en France, a certainement des arguments à faire valoir. Et n'a probablement pas agi à la légère.

Casser le contrat ?

Les liens entre la Ville et Q-Park sont définis dans la délégation de service public (DSP), signée par l'ancienne municipalité (lire ci-dessous). Aucun paragraphe n'envisage l'arrêt brutal des travaux, de sorte que le cas de figure qui se présente aujourd'hui n'est pas décrit comme tel.

Pourtant, les faits sont graves. Sont-ils de nature à remettre en cause une DSP, que la Ville juge déséquilibrée ? La question est tout autant légitime que complexe.

C'est peut-être l'opportunité pour la municipalité de casser la DSP, sans avoir à payer 6 millions d'euros de pénalités.

Quelques certitudes, noir sur blanc dans la DSP : « la Ville peut, à tout moment, mettre fin à la présente convention pour des motifs d'intérêt général, moyennant un préavis d'au moins un an ». Reste à définir la notion « d'intérêt général ». Le bras de fer est engagé entre Q-park et la municipalité. La seule bonne nouvelle pour les automobilistes, c'est qu'ils vont pouvoir continuer de se garer en extérieur dans le centre-ville gratuitement. Le stationnement en zone bleue devait devenir payant, seulement après la livraison des 400 places des Esplageolles.
qource: Sonia Bonnin - var matin

...cordialement...Nicky...

Message

Nicky
webmaster

Voir plus


Date du message : mercredi 19 août 2009 à 23h16


Vidéo: Claude Astore à propos des Parkings à La Seyne

...cordialement...Nicky...

Message

Nicky
webmaster

Voir plus


Date du message : lundi 7 septembre 2009 à 07h50


La Seyne : L'heure de vérité autour du chantier des Esplageolles


Aujourd'hui, Q-Park et la mairie doivent se mettre « à table » et entamer des négociations. : Photo Sonia Bonnin
Des négociations s'ouvrent aujourd'hui en mairie, alors que l'entreprise Q-Park a abandonné brutalement la construction du futur parking de 400 places

Face à face, autour d'une table. Q-Park et l'équipe municipale vont se retrouver aujourd'hui après des semaines de tension et l'arrêt brutal d'un chantier de construction. Ils ont rendez-vous pour ouvrir les négociations, plutôt que les hostilités. Mais la journée est à haut risque.

Rappel des faits : au milieu de l'été, Q-Park décide unilatéralement d'arrêter et de démonter le chantier de construction du parking des Esplageolles, 400 places, alors que les fondations sont à peine terminées.

Q-Park est lié à la ville par une DSP (Délégation de service public) (1) signée avec l'ancien maire Arthur Paecht, pour une durée de 32 ans. Contrat décrié par les locataires de la mairie qui le jugent beaucoup trop favorable à l'entreprise privée.

Pourquoi ça coince

Les tarifs de Martini : la ville réclame une vraie deuxième heure gratuite, seulement prévue à titre expérimental. Elle demande aussi un tarif préférentiel pour ceux qui travaillent dans le centre-ville, plus une ristourne pour les parents d'élèves des écoles voisines.

Les retards de chantier : après les quatre mois de retard dans la rénovation de Martini, la ville voulait appliquer des pénalités de retard pour le chantier des Esplageolles, tout en refusant de compenser la diminution du nombre de places (30 en moins) par rapport au projet initial.

Crise de confiance ?

L'équipe actuelle s'est fait fort de négocier avec Q-Park et de le faire savoir. À lire le journal municipal de mai/juin 2009, il s'agissait de « dénoncer la délégation de service public (...) ou négocier point par point sur les entorses au contrat ».

Plusieurs réunions ont été houleuses, une en particulier avant l'été. Le contrat de confiance est-il rompu ? La ville est-elle allée trop loin ? Q-Park veut-il signifier son pouvoir de nuisance, quitte à se mettre en défaut en ne remplissant pas sa part du contrat ?

La perspective de voir des palissades à l'entrée de la ville, pendant des années, est une calamité.

L'affaire peut-elle encore se régler à l'amiable ou Q-Park cherche-t-il à traîner son partenaire au tribunal ? Et sur quels motifs ? Aujourd'hui, c'est à l'entreprise privée de jouer cartes sur table. Des euros, par millions, sont en jeu.

1. La délégation de service public prévoit chronologiquement : la rénovation du parking Martini, la construction des Esplageolles et le stationnement extérieur payant dans le centre-ville. La construction d'un autre parking sur le site des anciens chantiers n'était qu'une option, dont les conditions ne sont plus remplies à ce jour.
source: Sonia Bonnin- Var-Matin

...cordialement...Nicky...