Champs obligatoires

Informations de contact
(Vous possédez un compte ? Connectez-vous !)
@
Votre message

J'ai lu les Conditions Générales d'Utilisation du forum et m'engage à les respecter :

Veuillez recopier le code de sécurité ci-dessous afin de confirmer que vous n'êtes pas un robot.
Options

Etre prévenu par e-mail quand un message est posté dans ce sujet ?

Me rendre directement dans le sujet une fois mon message posté ?

Historique de la discussion

Message

Nicky
Membre

Voir plus


Date du message : mardi 9 avril 2019 à 18h52


Coup de Théâtre dans le Projet de Cinéma de La Seyne: malgré le Recours en Justice, le Chantier va débuter

Franck Dondeinas, P.-D.G. du groupe Quartus, et Marc Vuillemot

Franck Dondeinas, P.-D.G. du groupe Quartus, affirme que les appels d’offres ont été lancés, permettant de débuter les travaux dans les prochaines semaines. Photo: Valérie Le Parc

Coup de Théâtre dans le Projet de Cinéma de La Seyne: malgré le Recours en Justice, le Chantier va débuter - Le P.-D.G. du groupe retenu par la ville pour construire le complexe cinématographique, décide de lancer les travaux malgré le nouvel appel déposé contre le projet. Et il attaque l'auteur du recours. A l'offensive! Franck Dondeinas, P.-D.G. du groupe Quartus, était lundi à La Seyne pour rencontrer le maire et évoquer avec lui l'avenir du projet de cinéma.

Et c'est une double annonce qu'il a faite à cette occasion, illustrant sa détermination à aller jusqu'au bout dans ce dossier. Pourtant, un doute planait depuis que la Confédération Environnement Méditerranée avait décidé d’interjeter appel du jugement, rendu mi-janvier, validant le permis de construire. Dans ce contexte, l'investisseur allait-il patienter encore plusieurs mois dans l'attente d'un feu vert du tribunal pour démarrer le projet (retardé depuis deux ans déjà)? Eh bien, non, Quartus attaque dans les deux sens du terme: il va démarrer le chantier, et assigner les auteurs du recours qu'il juge insincères.

Explications avec son dirigeant.

Quelle décision pouvez-vous annoncer concernant le projet de cinéma que vous avez la charge de construire ? - Une décision simple: aujourd'hui, nous disposons de toutes les autorisations d'urbanisme nous permettant de démarrer l'opération. Donc, nous allons lancer le chantier parce que nous ne voulons pas prêter le flanc à une association environnementale qui n'en a que le nom, dirigée par une équipe de pieds nickelés qui vient, pour des motifs politiques, et sous des prétextes totalement fallacieux, empêcher la deuxième ville du Var d'avoir un cinéma. Certes, nous prenons un risque – mais c'est notre métier – en décidant de lancer les travaux et de mener à bien cette opération portée par Marc Vuillemot et ses équipes depuis des années. Car on ne peut pas imaginer que la période pré-électorale ait raison de toute cette énergie. Et on ne peut pas imaginer non plus qu'un jugement puisse étayer une mascarade pareille.

Vous estimez donc que l'association agit pour des motifs autres qu'environnementaux ? - Ces recours multiples n'ont d'autre objet que de bloquer le projet, avec des motifs environnementaux qui n'en sont pas. On ne pliera pas face à cela, d'autant qu'en première instance, le rapporteur public avait désavoué totalement l'ensemble des arguments que porte cette association. Donc, la poursuite de ses attaques s'inscrit dans un contexte politique. On a d'ailleurs tous les éléments nous permettant de considérer qu'il s'agit d'une attaque contre le maire, et nous allons le prouver. Je relève aussi que le nouveau recours est entaché d'irrégularités, puisqu'il émane d'une association qui n'a plus l'agrément environnemental et dont on ne connaît pas le vrai président.

Pensez-vous qu’elle agisse aussi pour le compte d'un candidat au projet de cinéma non retenu par la ville ? - Cela peut se croiser avec un enjeu politique. Il n'empêche qu'installer un cinéma et des hôtels et porter un projet pour animer le centre-ville, ce n'est pas de la politique. La gestion de la ville ne m'intéresse pas ; je suis là pour bâtir. Et ce, dans le respect des règles environnementales car, sur ce point, Quartus a répondu à toutes les questions et a fait toutes les études nécessaires. Nous ne sommes pas des bétonneurs, nous avons une éthique environnementale et une empreinte sociétale.

"NOUS RÉCLAMONS 11 MILLIONS D'EUROS À L'ASSOCIATION"

Allez-vous chercher à transiger avec cette association ? - Non, il n'est pas question de payer quoi que ce soit. On sait que, pour certains, déposer des recours est devenu un gagne-pain. Nous ne voulons pas de ça. Bien au contraire: ce matin, nous adressons, par le biais de nos avocats, une assignation pour réclamer un préjudice. Car ce recours, s'il est gratuit pour celui qui le dépose, nous coûte très cher, mais moins que notre volonté d'aboutir. Avec cette assignation, par laquelle nous demandons le retrait pur et simple du recours, nous réclamons 11 millions d'euros à l'association au titre du préjudice que nous subissons, ainsi que nos partenaires. Il faut être clair: un recours, ce n'est pas que du papier; il doit y avoir un sens profond; il faut prouver que ce n'est pas juste un acte d'opposition. Or, là, je considère, que ce n'est que cela, au vu du contexte et du chemin suivi par cette association.

Quelles sont les chances que cette procédure aboutisse? Et sous quels délais ? - Ces procédures d'assignation sont aujourd'hui une pratique courante, tout comme de voir se multiplier les recours contre les permis de construire. Les lois Macron ont permis de faire face à ce genre de situations, même si ces procédures ne sont pas toujours suivies par les juges. Mais, l'an dernier, nous en avons engagé trois comme celle-ci, qui nous ont permis d'aboutir. Du reste, j'attaque désormais aussi bien les marchands de sommeil que les spécialistes des recours abusifs. Là, c'en est un, et nous allons y mettre un terme. J'ai en effet bon espoir d'avoir gain de cause. En termes de délais, cela peut aller très vite, d'autant que, dans quatre cas sur cinq, nos avocats sont vite contactés par la partie adverse pour trouver une solution.

Décidez-vous aussi d'agir vite au vu de l'état du bâtiment qui doit héberger le projet, et qui ne cesse de se dégrader ? - Non, c'est l'état politique du dossier qui fait urgence. à savoir une obstruction politique non fondée. Pour le reste, nous avons l'habitude d'entreprendre des travaux d'envergure sur ce type de bâtiment.

Quelles vont être les premières étapes du chantier ? - Nous allons, sous un mois, mettre en œuvre les premières palissades sur le site. Puis, nous attaquerons les opérations de désamiantage, de dépollution et de déplombage des structures. Une phase qui devrait prendre environ six mois, sur un rétro-planning prévoyant deux ans et demi de chantier pour construire 20.000 m² de surface plancher. Pour nous, il est important de rester dans le timing que nous nous étions fixés après la décision, début janvier, du tribunal de Toulon validant le permis de construire. Ce qui nous permettait de démarrer les travaux à partir de juin. Donc, nous allons installer la base vie et l'encadrement du chantier sur le site, afin de respecter les délais actés avec nos partenaires. source: MICHAEL GUILLON - var matin

Atelier Mécanique

Message

mafee
Membre

Voir plus


Date du message : mardi 9 avril 2019 à 10h59


Article paru à l'instant sur le site de Var Matin

extrait :
"Donc, nous allons lancer le chantier parce que nous ne voulons pas prêter le flanc à une association environnementale qui n'en a que le nom, dirigée par une équipe de pieds nickelés qui vient, pour des motifs politiques, et sous des prétextes totalement fallacieux, empêcher la deuxième ville du Var d'avoir un cinéma. "

(perso, j'adore !!!)

Message

LC469
Visiteur


Date du message : mercredi 3 avril 2019 à 14h05


OUI , nous voulons un cinéma à LA SEYNE

MAIS pas à n'importe quel prix , nous n'avons pas besoin d'espaces commerciaux et de restaurants qui vont finir de vider le centre ville , pas besoin de locaux de médecins ou autres dont on regorge ( surtout en zone franche d'ailleurs !! ) .

OUI au cinéma mais à condition de pouvoir se garer et de pouvoir CIRCULER car dans ce coin c'est bouchon en permanence , alors il ne suffit pas de demander un cinéma , il faut aussi repenser le plan de circulation , faire des pistes cyclables et des TROTTOIRS pour pouvoir marcher en toute sécurité ( autour de la mairie et du port il y en a un peu mais ailleurs , il n'y en a pas ). A croire qu'on aime pas les vélos à La Seyne Sur Mer . Mais là , c'est un autre débat ....

Message

riri
Membre

Voir plus


Date du message : lundi 1 avril 2019 à 15h20


Bizarre, vous avez dit bizarre ???
Mais qui est donc le président de cette association? Le Vice- Président? Le secrétaire? le secrétaire adjoint. Le trésorier? Le trésorier adjoint? bref tout ce qui compose normalement le bureau d'une association? Mr DEMORY ayant démissionné, il ne reste que les Durand. Mais pour la composition du bureau mystère.

Quand tu traverses le pays des aveugles, ferme un oeil.

Message

Nicky
Membre

Voir plus


Date du message : lundi 1 avril 2019 à 11h15


Une Lettre ouverte de l'Association Porte Marine & Co, suite au Recours sur la Construction du Cinéma de La Seyne sur Mer
Lettre ouverte de l'Association Porte Marine & Co, suite au Recours sur la Construction du Cinéma de La Seyne sur Mer

Une Lettre ouverte de l'Association Porte Marine & Co, suite au Recours sur la Construction du Cinéma de La Seyne sur Mer - Une lettre ouverte par monsieur Jean Cozette, président de l’association loi 1901, pour la défense des intérêts généraux des résidents de la Seyne sur mer et du site de porte marine, membre de l’UDVN-FNE83 et de l’UIMT, à monsieur Robert DURAND, Président de Confédération Environnement Méditerranée, Port Pin Rolland, 83430 Saint Mandrier cedex:

«La nécessité impérieuse d’un cinéma à la Seyne n’est plus à démontrer. Le choix d’établir ce dernier sur le site des anciens ateliers mécaniques a été fait depuis de trop nombreuses années pour que l’on puisse sans préjudice sur l’existence, à court et moyen terme, d’un tel édifice, revenir sur cette décision. Il convient donc d’admettre comme postulat que le cinéma sera réalisé sur cet emplacement. Dès lors, s’opposer à sa construction par le biais de recours, inlassablement répétés et à chaque fois rejetés, ne relève-t-il pas d’une vraie volonté de nuire aux seynois en les privant définitivement d’un cinéma qu’ils souhaitent ardemment?.

La mise en oeuvre de recours successifs devant les tribunaux, basés sur des arguties administratives, si elle pourrait être qualifiée d’abusive permet cependant de s’interroger sur les raisons réelles qui l’animent? Faisant appel à votre sens du bien commun, au nom de l’association PM&Co, mais aussi pour le bien de tous les seynois, je vous prie de vouloir bien retirer votre récent recours contre ce projet. En espérant que vous donnerez une suite favorable à cette requête, je vous prie d’agréer, monsieur le président, l’assurance de ma considération distinguée.»

Message

mafee
Membre

Voir plus


Date du message : vendredi 29 mars 2019 à 13h10


on sent l'intelligence d'ici !!!!

Message

riri
Membre

Voir plus


Date du message : mercredi 27 mars 2019 à 16h43


Quand tu traverses le pays des aveugles, ferme un oeil.

Message

riri
Membre

Voir plus


Date du message : lundi 25 mars 2019 à 19h48


Quand tu traverses le pays des aveugles, ferme un oeil.

Message

Stupi Dity
Visiteur


Date du message : vendredi 22 mars 2019 à 22h34


ho, Environnement Méditerranée de mes deux. vous êtes un petite bande de politiques de bas niveau. vous vous en tapez de l'environnement. c'est juste pour faire chier le monde. abruti que vous êtes.

Message

JCDP
Visiteur


Date du message : vendredi 22 mars 2019 à 21h07


Association bidon créer uniquement pour retarder tous projets, association qui n'a rien à voir avec la défense de la sécurité et le bien être des Seynois, l'idée de la pétition est excellente aussi celle de les attaquer pour le retard pris dans les projets de notre ville.
Qu'ils aillent s'ocuper d'associations caritatives ils y seront plus utiles.