Champs obligatoires

Informations de contact
(Vous possédez un compte ? Connectez-vous !)
@
Votre message

J'ai lu les Conditions Générales d'Utilisation du forum et m'engage à les respecter :

Veuillez recopier le code de sécurité ci-dessous afin de confirmer que vous n'êtes pas un robot.
Options

Etre prévenu par e-mail quand un message est posté dans ce sujet ?

Me rendre directement dans le sujet une fois mon message posté ?

Historique de la discussion

Message

Nicky
Membre

Voir plus


Date du message : vendredi 9 février 2018 à 15h28


Marc Vuillemot: La Seyne n'aura pas sa Police de Sécurité du Quotidien, mais ne renonce pas
Marc Vuillemot: La Seyne n'aura pas sa Police de Sécurité du Quotidien, mais ...

Avec la Police de Sécurité du Quotidien, le gouvernement s’est engagé dans une évolution des missions de la police et de la gendarmerie pour répondre à la priorité des Français : la sécurité. C’est tout l’enjeu de la large concertation lancée par le ministre d’État, ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb le 28 octobre 2018 à La Rochelle : entendre les propositions en partant du terrain. C’est pourquoi chaque policier et gendarme a pu donner son avis via des questionnaires mais aussi des réunions de proximité. La concertation a aussi été menée au niveau départemental par les préfets avec les associations d’élus, organisations syndicales de la Police et structures de concertation de la Gendarmerie, représentants des policiers municipaux, acteurs de la sécurité privée et des transports, experts ... Cette démarche a été reproduite avec leurs représentants nationaux. A l'issue de quelques semaines d'étude des contributions, le ministre d’État, ministre de l'Intérieur a lancé officiellement la police de sécurité du quotidien le 08 février 2018 à Paris. Les premières expérimentations débuteront au cours du premier trimestre 2018 ... Plus de Détails - cliquez ici

--
Marc Vuillemot a écrit: La Seyne n'aura pas sa Police de Sécurité du Quotidien, mais ne renonce pas - Bon, voilà : La Seyne n'a pas été retenue parmi les trente sites de la nation qui vont bénéficier du dispositif de « police de sécurité du quotidien ». Peut-être en connaîtra-t-on un jour la raison ?... Mais peut-être pas, comme ce fut le cas lorsque, en 2009, alors qu'elle avait fait acte de candidature pour bénéficier d'une aide de l'État au titre du « Programme national de rénovation des quartiers anciens dégradés » (PNRQAD), que son dossier était classé en toute première position des communes de sa strate, et que ce classement encourageant lui avait été notifié, notre ville a eu la mauvaise surprise d'apprendre que le ministre en charge du dispositif, en l'occurrence celui occupant à l'époque le portefeuille du logement, Benoist Apparu, avait, sans raison explicitée, choisi de la rétrograder au profit des villes de... Nice et Aix-en-Provence...

LE SENTIMENT D'INSÉCURITÉ DES SEYNOIS RÉSULTE-T-IL D'UNE HALLUCINATION COLLECTIVE ? Près de dix ans après cette injustice, les Seynois, et notamment les habitants, usagers et acteurs économiques, sociaux et culturels de notre centre ancien, pour lequel j'ai pourtant obtenu un classement en site prioritaire, tant pour la « rénovation urbaine et la cohésion sociale » que pour la sécurité, attendront encore que l'État se décide à accompagner les efforts communaux et métropolitains. À moins que le ministre de l'Intérieur n'ait jugé que les sentiments d'insécurité résultent d'un pur fantasme partagé entre 65.000 Seynois tous autant hallucinés les uns que les autres, ou que les — objectivement — bons résultats obtenus par nos polices municipale et nationale, avec ceux des opérateurs de nos actions de prévention, dans le cadre de notre « zone de sécurité prioritaire », suffisent, malgré le peu de moyens dont ils disposent, à garantir la sécurité et prévenir toutes les déviances, il faut croire, soit que le Gouvernement n'engage pas les moyens à la hauteur de ses ambitions, soit que, une nouvelle fois, on a privilégié certains au détriment d'autres... Et c'est peut-être un peu des deux, si l'on en juge par les deux seuls sites retenus en Région Provence : les quartiers nord de Marseille pour lesquels hélas « il n'y a pas photo », et L'Ariane et Les Moulins, à Nice, dont je me demande si, même si elle est complexe, la situation est pire que la nôtre.

PLIÉ D'AVANCE, MALGRÉ LE SOUTIEN DE NOTRE DÉPUTÉE ? Nous étions pourtant la seule commune varoise à s'être portée volontaire et nous avions le soutien de notre députée Émilie Guérel, membre de la majorité parlementaire, qui a appuyé notre candidature en novembre dernier auprès du ministre de l'Intérieur, M. Collomb, dont la réponse évasive qu'il lui a adressée — et qu'elle a eu la gentillesse de me faire parvenir — me laissait pressentir que notre sort était « scellé d'avance », ce que pourrait corroborer, bien sûr si on a un esprit mal placé, le nombre de départements de la région dudit ministre, Auvergne Rhône Alpes, ayant remporté le jackpot pour leurs renforts en gendarmerie ... Mais nous ne renoncerons jamais.

LA SEYNE NE RENONCERA PAS À SAISIR TOUTES LES OPPORTUNITÉS - Hasard du calendrier, c'est dans quelques heures que, bien décidé à ne jamais cesser de me démener pour obtenir les moyens que la République doit à La Seyne et ses quartiers fragiles, je présenterai au préfet du Var notre candidature à un autre dispositif, appelé « Action cœur de ville », lancé, celui-là, par le ministre de la Cohésion des territoires pour aider les communes à redynamiser leurs centres-villes dégradés. Nos services et nos élus ont travaillé en quelques petites semaines un argumentaire sérieux que, en toute transparence, je livre ici aux visiteurs de mon blog. Auxquels je donne rendez-vous lorsque sera tombée la décision relative à ce nouveau programme ... source: marcvuillemot.com